Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» Marche Antifasciste à Paris
Lun 24 Juin - 10:20 par Admin

» F2G2 ASSEMBLEE CONSTITUTIVE
Lun 24 Juin - 10:19 par Admin

» Rassemblement pour Clément Méric
Ven 7 Juin - 17:59 par Admin

» Assemblée Citoyenne
Dim 19 Mai - 20:02 par Admin

» ASSISES DU FRONT DE GAUCHE
Dim 19 Mai - 19:50 par Admin

» MARCHE DES FEMMES
Dim 19 Mai - 19:48 par Admin

» MARCHE CITOYENNE
Dim 19 Mai - 19:29 par Admin

» Coordination Départementale FDG
Dim 19 Mai - 19:10 par Admin

» Coordination Départementale FDG
Dim 19 Mai - 19:09 par Admin

Avril 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      


Le front de gauche vu par la presse

Aller en bas

Le front de gauche vu par la presse

Message par VIVE LA VIE le Ven 26 Avr - 10:17

Des nouvelles locales pas rassurantes mais il faut rester confiant : les militants FDG ne lâchent rien. Voilà ce qu'on pouvait lire dans l'Union du 26 avril :

"Élection présidentielle : les communistes encaissent... le coût
AISNE. On peut accuser les riches de tous les maux et dépenser comme eux. C'est la contradiction à laquelle Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche lors de la dernière présidentielle, a succombé. D'une part, il a largement dépassé le montant des dépenses remboursable par l'Etat. D'autre part, la répartition des charges entre présidentielle et législatives a été revue par la commission chargée de vérifier les comptes de campagne.

Au final, c'est un trou de 527 000 euros que le tribun de la gauche de la gauche laisse à la charge du seul Parti communiste français. Lequel a avancé l'argent, mais n'a visiblement pas pris les garanties suffisantes avec ses partenaires du Front de gauche. Ce que le trésorier national du PCF traduit pudiquement en ces termes dans la lettre qu'il a envoyée aux fédérations départementales: « Cette décision unilatérale du Parti de Gauche est bien sûr inacceptable et nous ne nous en accommodons nullement, mais elle nous est imposée de fait. Avec la direction nationale de notre parti, le secteur finances travaille en direction des partenaires pour qu'une telle situation ne puisse plus se reproduire, notamment en sécurisant les dépenses, par leurs financements en amont conditionnant tout engagement financier du PCF. »

Pour faire face à la situation, l'ardoise a été divisée en deux : la moitié sera à la charge du comité central, la moitié sera assumée par les fédérations et celle de l'Aisne ne sera pas épargnée. Elle aurait avancé environ 20 000 euros pour la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, mais ne devrait en recevoir que les deux tiers. « Financièrement, ce n'est pas la meilleure année », reconnait Gérald Brunel qui était secrétaire fédéral durant la campagne présidentielle et qui a désormais en charge les relations avec la presse. « On a avancé l'argent en confiance sur la base des indications de la direction nationale mais on avait l'objectif de récupérer nos fonds. Ce n'est pas normal. Le plus dur c'est que dans l'Aisne, le PCF a assuré 90% de la campagne. Désormais, on fera signer les documents nécessaires... » Une mésaventure qui va alléger le « trésor de guerre » que s'était constitué à coups de repas républicains et autres animations, une fédération axonaise où certains jubilent particulièrement du côté de Saint-Quentin.

La section saint-quentinoise, historiquement plus proche de la personnalité de Maxime Gremetz que de Mélenchon, a toujours rejeté la stratégie du Front de gauche. Sur son blog, le courrier interne au PCF annonçant la mauvaise nouvelle financière est disponible. Les questions fusent et les commentaires sont acerbes: « Comment la campagne de Mélenchon a-t-elle pu dépasser le plafond remboursable ?... Comment affirmer que cela ne se reproduira plus après une telle attitude de soumission ? Pourquoi, pour la présidentielle, la direction du PCF a-t-elle orienté l'argent des fédérations vers « l'apport personnel » du candidat Mélenchon plutôt que vers les dépenses payées directement au titre des contributions des partis politiques selon la nomenclature légale ? » Et après une critique des nouveaux statuts du PCF, la section de Saint-Quentin affiche sa différence: « Communistes, tant que nous ne réagissons pas, on ne voit pas pourquoi Mélenchon et ses parvenus de la nébuleuse socialiste se priveraient de s'accaparer ce qui reste de décennies de lutte et confiance construite avec les travailleurs par leur Parti, le PCF. »

Lecoyer exempt de reproche:

Malgré la déconvenue, la fédération axonaise ne veut pas jeter le bébé avec l'eau du bain et Gérald Brunel assure que « dans le département cela n'altère pas nos relations avec nos amis du parti de gauche ». Il est vrai que Régis Lecoyer, le leader de cette formation dans l'Aisne, est personnellement exempt de critiques. Le maire de Houry s'est présenté lors des dernières législatives. « Nous l'avons beaucoup aidé en Thiérache mais lui, il nous a tout remboursé. Bien qu'il n'ait pas atteint les 5 %, il a tenu ses engagements. » Mais, chat échaudé craint l'eau froide : « Maintenant, on va être plus prudent. A commencer pour les trois cars prévus pour la manifestation du 5 mai à la Bastille. On va demander une participation au Parti de Gauche. » Comme quoi, entre la prise de la Bastille et la prise de bénéfices, il y a la place pour une prise de bec...



Jean-Michel ROUSTAND "

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Voilà quelques contributions afin que chacun se fasse son opinion :

*Rassurez-vous le Front de Gauche, malgré cela, se porte bien et devient une alternative crédible. C'est donc pourquoi les journalistes soumis aux lobbies des groupes de presse suivent évidemment les orientations socio-démocrates en vigueur et s'attachent à démonter comme ils le peuvent une organisation qui se démarque de l'idéologie dominante.
Mélenchon invité par Pujadas le 25 au soir s'en est pris plein mais à chaque fois il s'en est bien sorti.
Regardez bien comment les médias vont tenter de minimiser la marche du 5 mai et vous aurez compris que devant une rébellion, le gouvernement tremble et donc veut tout faire pour déstabiliser le mouvement."

* Monsieur Mélenchon critique les riches je crois qu'il en fait partie et qu'il indique la valeur de son patrimoine et son revenu de chaque mois ?


* Félicitations ! Bons gestionnaires ! Quelle bande de pitres![b]

VIVE LA VIE

Messages : 7
Date d'inscription : 06/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Démenti en cours

Message par Admin le Mer 8 Mai - 16:06

@ vive la VIe
"c'est un trou de 527 000 euros que le tribun de la gauche de la gauche laisse à la charge du seul Parti communiste français"

D'après les dernières infos, le PCF de l'Aisne prévoit un démenti au sujet de cet article,...que le journal fera ou non paraître et quand?... mais bon, c'est toujours ça!
De toute façon, la guéguerre entre les partis n'est pas à souhaiter: le PCF et le PG ont un intérêt mutuel à se respecter! L'union fait la force...
et la confiance doit se prouver!

Je reprends les précisions apportées par une note récapitulative du PG:
"Quel est le problème posé ? Celui du non remboursement par l’Etat de 500 000 euros de dépenses de campagne en raison du dépassement du plafond remboursable. La question est donc de savoir qui est responsable de ce dépassement et qui doit l’assumer.

Le financement de la campagne a fait l’objet d’ un accord signé par le PCF, le PG, GU, la Fase et les Alternatifs. Le Parti de Gauche a non seulement scrupuleusement respecté cet accord, mais il est même allé au-delà de ses engagements.

L’accord écrit distinguait deux sortes de dépenses, financées chacune de manière différente.

1.D’une part les dépenses liées de la campagne nationale décidée collectivement par le collectif national de campagne. Ces dépenses devaient être financées par l’ensemble des signataires, selon une clé de répartition définie. En cas de dépassement du budget initial, chacun finançait les dépenses supplémentaires selon la même clé de répartition. Mais cette clause n’a pas été respectée. Le PCF a en effet refusé de participer au financement des dépenses communes supplémentaires et c’est le Parti de Gauche, seul, qui a dû apporter la totalité des fonds pour payer ces dépenses qui se sont élevées à plus de 4 millions d’euros (en raison notamment de la tenue de meetings plus nombreux et plus importants).

Pour autant, le dépassement du budget initial lié à la campagne nationale s’inscrivait dans le cadre du plafond remboursable dès lors qu’était respecté l’accord établi pour les dépenses engagées par chacune des formations sous sa propre signature. C’est donc parce que le PCF a engagé des actions propres, en dehors du cadre collectif national, dans des proportions doubles de ce qui était prévu et sans en informer le collectif, que le plafond remboursable a été dépassé.

2.D’autre part les dépenses engagées par chacune des formations sous sa propre signature. L’accord stipule que « Ces dépenses sont placées sous la responsabilité des formations qui les engagent. Leur financement sera assuré en totalité par les formations qui les engagent. » Il précise également qu’en cas de dépassement du budget, « Les dépenses supplémentaires décidées unilatéralement par l’une des formations sont prises en charge en totalité par cette formation. »

Ces enveloppes étaient arrêtées pour un total de 1 390 000 €. Si les partis avaient respecté ces enveloppes, il n’y aurait eu aucun dépassement, le compte était même largement en-dessous du plafond remboursable.   Mais le PCF, alors même que le protocole prévoyait pour un million d’euros de dépenses le concernant, a transmis pour 2 millions de factures, dont 1 234 000 euros via ses fédérations à 14 jours du dépôt du compte, prenant de court tout le monde y compris ses propres responsables financiers nationaux  !! Le Parti de Gauche, pour sa part, a dépensé moins que prévu pour ses propres actions (214 000 € au lieu de 300 000 € signés), préférant consacrer la majeure partie de ses moyens à la campagne collective. Malgré cette marge de manœuvre laissée par le Parti de Gauche et la marge disponible laissée par le budget collectif national, il a été impossible d’absorber en totalité le million d’euros de dépassement du PCF. Seule la moitié a pu l’être.

En conclusion, le PCF ne peut pas demander à l’ensemble des organisations du Front de Gauche de financer un dépassement engagé par lui seul et relevant de sa seule responsabilité."

Espérons que tout va rentrer dans l'ordre!

Admin
Admin

Messages : 50
Date d'inscription : 04/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://amisdufdg.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum